Dans le bon vieux temps...

 

Qui n'a pas connu l'entreprise d'Ernest Paquin, "Prévention des incendies de la Mauricie Enr.", implantée sur le boule­vard des Forges, en face du terrain de l'Exposition de Trois-Rivières?

De père en fils, lui et son père, Sylva, ont été gardiens du phare sur le fleuve Saint-Laurent en fa­ce de la Pointe-du-Lac où Er­nest est né il y a 85 ans» Sa mère, née Angélina Guilbert, est devenue veuve alors que son fils Ernest avait seule­ment 13 ans.

 

C'est donc à ce moment qu'il entre sur le marché du travail après des études primaires dans son village. Il exploite la ferme paternelle pendant une dizaine d'années et, plus tard, il entre à la CIP de Trois-Rivières pour en sortir après 32 ans de service pour partir une entreprise à son compte, à l'âge de 60 ans, dans la vente des extincteurs chimiques et dans les camions à incendie.

 

"Je me souviens d'avoir réussi à vendre une bonne quantité d'extincteurs à Maurice Duplessis alors qu'il était premier ministre du Québec. J'a­vais aussi la clientèle des commissions scolaires et plusieurs dizaines de clients dans les provinces maritimes," raconte monsieur Paquin.

 

Ce commerce, il l'a abandonné en 1980 alors qu'il prenait une retraite bien méritée.

 

En 1935, il épousait mademoiselle Gabrielle Lambert, née à Montréal et qui décédait le 12 décembre 1972. Une fille est née de cette union.

 

Grand joueur de tennis, fier d'avoir pratiqué ce sport des rois, monsieur Paquin possédait un vaste terrain de tennis à la Pointe-du-Lac où les amateurs de tennis pouvaient pratiquer leur sport favori. "Il est vrai que j'ai fait de l'argent, mais il fallait entretenir, réparer et mainte­nir en bonne condition le court de tennis," a-t-il dit.

 

Quand il entra à la Compagnie Internationale de Papier de Trois-Rivières, l'usine était en pleine construction, et c'est comme "steamfitter" qu'il occupa un premier poste à 0,60$ de l'heure. ''C'est monsieur Ramsen, qui demeurait en face de chez-nous, qui me fit avoir ce travail. Son nom ap­paraît encore sur un panneau sur la route 138," a dit monsieur Paquin.

 

Lui qui a beaucoup travaillé et réalisé des gains importants, a aussi été un travailleur bénévole pour venir en aide aux autres. J'ai toujours été un homme heureux de travailler et aussi de pouvoir aider ceux qui avaient besoin," dit-il.

 

Pour lui, raconter toutes les petites choses qui ont fait sa vie, ce n'est pas important, d'abord il travaillait puis n'avait pas tellement le temps de faire autre chose.

 

Aimant beaucoup les voyages, il conduit toujours sa voiture et profite, avec une amie, de ses moments libres. Ainsi, tout dernièrement, il participait à un événement important pour lui, soit la chaîne de vie organisée par deux professeurs de danse. Cet événement, qui regroupait des personnes de tous les âges, s'est déroulé au Centre commercial Les Rivières.

 

Du bon vieux temps, monsieur Paquin conserve le souvenir de son travail, d'abord sur la ferme de son père, comme gardien de phare, à la CIP, au Canadien Pacifique et surtout, de l'ouverture de son entreprise.

 

Jouissant encore d'une bonne santé, monsieur Paquin espère vivre encore plusieurs années.

 

N.D.R. : Descendance de Ernest Paquin

Génération n° 1

1. Ernest Paquin est né le Vendredi 22 Novembre 1901 et est décédé le Jeudi 14 Décembre 1989 à Trois-Rivières, Québec, Canada.

Il a épousé Gabrielle-Azélia Lambert le Mercredi 26 Juin 1935 à St-Viateur Montréal. Elle est née à Montréal et est décédée le Mardi 12 Décembre 1972 à Trois-Rivières, Québec, Canada.

Enfant de Ernest Paquin et Gabrielle-Azélia Lambert:

1. Sonia Paquin