Ce texte est toujours d'actualité même s'il date de 1988

J'ai connu Émile, mon père, ce qu'il faisait, ce qu'il pensait. J'ai entendu parler d'Arthur, un peu, pas beaucoup...
Je l'ai même vu quand j'étais petit. Quant à Onésime, Pierre, Paul, rien... Que faisaient-ils? Que pensaient-ils? Mystère et personne à qui le demander.


Du côté de ma mère, c'est du pareil au même.
Je suggère donc à nos cousins Paquin qui font partis de "l'âge d'or" d'écrire une lettre à leurs petits-enfants en leur parlant des ancêtres qu'ils ont connus: Métiers, anecdotes, allures, etc.
Pourquoi à leurs petits-enfants? Parce que les enfants n'écoutent jamais leurs parents, c'est bien connu. Et que les petits-enfants aiment bien entendre ce que disent les grands-parents. Ça aussi c'est bien connu. J'aimerais bien aujourd'hui avoir une lettre d'Arthur me parlant d'Onésime. Ce serait un vrai miracle; Arthur était illettré et signait difficilement son nom.
Sur ce mes salutations à tous,
(Signé) Jean Paquin
St-Bruno, Qc.
N.B.: J’aimerais beaucoup publier une de ces belles lettres d'un grand-père à son petit-fils sur le site web. Que d'histoires merveilleuses vous pourriez nous raconter chers grands-papas, prenez la plume ou l’ordinateur et écrivez-nous, nous serions très heureux de vous lire et de les inclure au dictionnaire pour les générations futures.