Son père Frédéric Back (I17332) et sa mère Ghislaine Paquin (I17331) IMG4770 Francis au centre à l'arrière, 3 août 2016

Voir les liens suivant pour plus d'informations:

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1060149/lillustrateur-francis-back-mort

 

http://revue.leslibraires.ca/actualites/les-disparus/deces-a-58-ans-de-l-illustrateur-francis-back

 

Reportage sur son oeuvre:

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/587527/francis-back

 

 

 Le dernier texte qu'il m'a fait parvenir «Inventaire des biens de Nicolas (2) en 1731

 

 

Pour votre curiosité, voici la transcription d'un document d'archive concernant notre ancêtre maternel de la seconde génération.

 

Dans les greffes de notaire, je cherche avant tout des inventaires après décès. Ce type de document décrit les avoirs matériels d'un individu suite à son trépas. Par la liste des objets cités, on devine son style de vie et même son apparence quand les vêtements sont détaillés.

 

Le premier ancêtre à venir s'établir en Nouvelle-France est Nicolas Paquin, maître-menuisier, qui épouse Marie-Françoise Plante le 18 novembre 1676 à Château-Richer. La succession de ce pionnier n'a pas nécessité d'inventaire.

 

Ce n'est pas le cas pour son fils aîné Nicolas, second dans notre lignée. Quand il décède le 13 avril 1731, il est veuf et laisse plusieurs enfants en bas âge. Certains de ses biens seront vendus afin de procurer du numéraire à ceux qui recueillent sa progéniture. Il s'agit d'un inventaire "sommaire" contrairement à d'autres ou l'ensemble des avoirs est minutieusement noté, de la maison au caleçon quand il y a chicane entre les héritiers ou encore quand la trépassé est criblé de dettes. Ce n'est pas le cas ici, les jeunes fils de Nicolas Paquin (les aînés ont respectivement 22 et 23 ans), ont repris la ferme et le but est de procurer de l'argent aux tuteurs et tutrices.

 

Sur le Nicolas Paquin en question, voici quelques repères :

 

Il est né en 1677 des sus-nommés Nicolas Paquin et Marie-Françoise Plante. Le 10 octobre 1708 il épouse Marie-Anne Perrault, dont il aura 7 enfants. Son épouse décède le 9 juin 1720, le laissant avec une progéniture âgée respectivement de 12, 11, 9, 6, 4, 2 et 1 an ! On comprend que même avec l'aide de la famille et des voisins, il ne peut rester veuf trop longtemps. Pourtant il attendra quatre ans avant de se remarier.

 

Le 13 janvier 1721, à l'âge de 44 ans. Nicolas épouse Thérèse Groleau qui elle en compte 33. Selon les normes du temps c'est une "vieille fille" ou alors s'occupait-elle déjà depuis longtemps des enfants de Nicolas et que les choses se sont officialisées? Les Groleau et Paquin de Deschambault semblent être assez proche, puisque l'année précédente un frère de la mariée avait épousé une fille de Nicolas Paquin.

 

Le remariage de Nicolas Paquin aura des suites tragiques : Pierre naît en 1723 et François naît le 14 octobre 1724 ; mais dans la même journée on le baptise et on enterre sa mère! Elle est donc morte en couche. Loin de le soulager, son second mariage le rend veuf à nouveau avec deux enfants supplémentaires à sa charge.

 

Il décède en 1731, à l'âge de 54 ans.

 

Sur l'inventaire de Nicolas quelques remarques :

 

C'est un homme aux activités diversifiées. Il est qualifié d'"habitant" (fermier possédant sa terre) mais il possède l'outillage d'un menuisier. Il a appris la profession de son père, mais il ne peut prétendre officiellement au titre de menuisier, car il n'a pas fait son apprentissage. Il plante du lin ou du chanvre, car il est question de rouets et d'un "métier à toile". Son cheptel englobe cheval et poules et il est aussi bûcheron à ses heures par la mention de haches et d'une traîne.

 


Cette diversité n'est pas commune en Nouvelle-France. Les Québécois sont généralement de piètres cultivateurs. Ce n'est pas le cas de Nicolas Paquin qui est un touche-à-tout utilisant au maximum les ressources de sa terre. Si l'ensemble de ses biens avait été détaillé, j'aurais pu en deviner plus. Faisait-il du sucre d'érable ? Impossible de le savoir...

 

Voici donc la transcription de ce document, accompagné de descriptions mises entre (...) venant de vieux dictionnaires ou de glossaires décrivant des objets anciens.

 

Archives Nationales du Québec à Québec.

 

Notaire Nicolas Boisseau, acte #40. 15 novembre 1731

 

Inventaire de feu Nicolas Paquin, vivant habitant de Deschambault.

 

  • • Une marmite - 3 £ivres.
  • • Une autre marmite cassée - 2£ 10 sols
    •Une poêle - I£10s
  • • Un poêlon - 2£

(Poîlon : " On fait la bouillie d'un enfant dans un poîlon")

  • • Six terrines - 3£

(Terrine : "Vaisseau de terre fait en forme de jatte (...) Les terrines sont des ustensiles de
cuisine, de laiterie : elles servent de garde-manger et pour savonner")

  • • 5 assiettes de terre- I£
  • • 3 assiettes d'étain * 2 £
  • • 7 cuillères d'étain - 2 £
  • • Une salière d'étain - 2 £
  • • Idem cinq cuillères d'étain - 15s
  • • Une chaudière de cuivre rouge - I8£
  • • Une mouchette et un rabot rond - 3£

(Mouchette : "outil qui set à faire des baguettes". Rabot rond : " outil à moulure")

  • • Deux bedaines et deux ciseaux - 3£

(Bedaines : Can. "ciseau à faire les mortaises")

  • • Un vilebrequin et deux équerres - 1£
  • • Une gouge à tourner • I£ 10s
  • • Une varlope - 1£ 10s

(Varlope : genre de rabot "qui sert à dégrossir le bois")

  • • Un sciot - l£

(Sciot ou sciotte: can. "Scie")

  • • Un rabot - 15s
  • • Un fusil - 11£
  • • Un demi-minot - 1£ 10s.

(Demi-minot : "fût en bois (...) ceintré de fer" servant de mesure pour le grain.)

  • • Des brosses - 6s
  • • Des ferrailles - 15s
  • • Deux rouets, un bon cl un méchant - 4£
  • • Quatre chaises - 3£
  • • Un fer et ciseaux ? - 15s
  • • Une cuillère à pot - 15s
  • • Un coffre - 7£
  • • Idem un autre coffre - 5£
  • • Un vieux capot et une veste - 4£
  • • Une paire de bas et de souliers - 3£
    " Un capot et deux ceintures - 4£
  • • Quatre sceaux - 2£
  • • Une tasse à boire - 6s
  • • Un fera Masquer - 1 £ 15s
    •Deux ditto - l£ 10s

(Fer à flasquer: "Sorte de fer d'une forme particulière dont on se sert pour repasser le linge")

  • • Un métier à toile et tout l'équipage - 6£
    •Une table-2£ 10s
  • • Une huche - 2£ 10s

(Huche : " long coffre de boit long et rectangulaire avec ou sans pied, dans lequel on pétrit le
pain et où l'on range celui-ci lorsqu'il est sorti du four")

  • • Un lit de plume et un traversin - 12£
  • • Une couverte et le drap - 3£
  • • La couchette - 3£ 10s
  • • Les balances ??? et le courvert ??? - 10s
  • • Une ferrée - 3£

(Ferrée: Can. - bêche)

  • • Une pioche - 2£ 10s
  • • Une autre pioche - 3£
  • • Une hache - 4£

■ Une autre hache - 2£

  • • Deux faux avec ses anneaux - 6£
  • • Une vielle chaudière - 2£
  • • Trois faucilles - 2£ 10s
  • • Soc de charrue, corde et crochet - 20£
  • • Une paire de rouelles de charrue avec son équipage - 2£
    ( Rouelles: "petites roues de charrue")
  • • La charrette, le joug et les grandes roues - 8£
  • • Une paire de boeufs - 105£
  • • Une vache - 30£
  • • Une autre vache - 30£
  • • Un petit taureau de deux ans - 12£
  • • Un cheval avec le collier, la bride et les fers - 1S£
  • • Une estimation ? acompte ? de 9£ par Joseph Paquin - (Joseph, fils de Nicolas et troisième dans notre lignée)
  • • La carriole - 2£
  • • Un établi de menuisier - l£ 10s
  • • Un veau de l'année - 3£ 10s
  • • Un autre veau de l'année - 3£ 10s
  • • Une demi-douzaine de poules avec le coq - 3£
  • • Une traîne avec la chaîne - 2£
  • • Neuf grands moutons à quatre francs pièce - 36£
  • • Quatre petits moutons à 3 livres pièce - 12£
  • • Trois membres de traîne - 3£
    ( Membre: Can. "patin de traîneau")
  • • Un tierçon - 10 s

(Tierçon : tonneau cerclé de fer d'une capacité de dix-huit veltes)

  • • Un tour avec ses ferrements - 1£
    ( Tour : treuil)
  • • Un cochon mâle - 8£
  • • Deux truies estimées sept francs pièce - I4£
  • • Quatre petits cochons - 2£