On peut dire que tout a commencé un jour d'été. à Pointe-au-Père. chez ma mère. le 5 juillet 1971.

 

Quelques années auparavant. Je m'étais intéressé à l'histoire de ma famille et de mes ancêtres. J'avais en ma possession quelques notes sur Nicolas et ses premiers descendants. Notes probablement tirées du dictionnaire généalogique Tanguay par un oncle ou une tante. Je comptais donc à ma retraite consacrer mes loisirs à des recherches sur la généalogie des Paquin. C'est ma mère. Mme Yvonne Audet Paquin qui m'avait alors parlé du Frère Pasteur et de ses travaux de recherche. Elle m'avait conseillé de le rencontrer. L'occasion s'est présentée ce jour d'été 1971 à Pointe-au-Père. Le Frère Pasteur était de passage chez ma mère et par hasard j'y étais en vacances. Après discussion, je finis par persuader le Frère Pasteur qu'il ne fallait pas laisser passer l'occasion de fêter le 3 centenaire de l'arrivée de notre ancêtre Nicolas l'année qui venait en 1972. Notre collaboration scellée par notre amitié venait de naître.

 

Au cours de l'automne, nous avons formé un comité de trois personnes avec chacun des fonctions spécifiques pour l'organisation des Fêtes du 3 centenaire. Le Frère Pasteur présiderait le comité et se chargerait de contacter des personnes clés pour l'organisation de ce premier ralliement des Paquin. J'agirais comme secrétaire, m'occuperais de la publicité et des relations avec les médias. Le Frère Jules Paquin e.c. préparerait un diaporama sur le pays de Nicolas, la Normandie, et les endroits en Nouvelle-France où celui-ci vécut. Il s'occuperait également des archives. Une photo-souvenir rappelle à la page 207 de la "Petite Histoire des Familles Paquin en Amérique" les premières réunions de ce comité.


Nous décidâmes que le premier ralliement aurait lieu à Deschambault, le berceau des familles Paquin en Amérique. La création du bulletin généalogique "Origine des Familles Paquin au Canada" par le Frère Pasteur en avril 1969 mettait dans les mains du comité le moyen de communiquer avec de nombreux Paquin au Canada et dans toute l'Amérique. Un questionnaire parut donc dans le numéro de février (Vol. 4. No 2) pour sonder l'opinion des Paquin sur les Fêtes du 3 centenaire. La réponse fut spontanée et enthousiaste. Le comité pouvait aller de l'avant.

 

 

Des communiqués furent envoyés aux différents quotidiens et hebdos de la province pour présenter le programme des Fêtes du 3 centenaire. Pendant ce temps, les Paquin de Deschambault s'étaient mobilisés sous la présidence de Paul Paquin pour former un comité d'organisation qui comptait plus de 25 Paquin (voir page 208 de la Petite Histoire ...). Plusieurs rencontres eurent lieu avec ce comité pour assurer un maximum de coordination et d'efforts. Dès juin, nous avions déjà plus de 300 réponses de Paquin enthousiastes. J'organisai une interview avec le Frère Pasteur pour le poste CHRC. La publicité porta bientôt ses fruits: la chaîne CBC (canal 6 anglais) de Radio Canada voulait tourner un film sur les fêtes de familles qui avaient lieu un peu partout dans la province et cherchait une occasion favorable. La lecture d'un communiqué de presse sur notre projet attira leur attention et c'est ainsi qu'un jour de juillet je reçus un coup de fil de Pierre Leduc me demandant une rencontre avec le réalisateur Mark Phillips. Le comité donna son accord.

 

C'est ainsi que, pendant 4 jours précédant les Fêtes du 20 août, l'équipe de télévision de la chaîne anglaise circula dans Deschambault et les environ, prenant des images, interrogeant les gens. Ils étaient là le dimanche du 20 août lors de la messe d'Action de Grâces.  L'illumination de l'église pour la prise de vue ajouta aux splendeurs de la cérémonie. L'église ne fut pas assez grande pour contenir tous les Paquin présents, plus de 1000.

La cérémonie fut suivie d'un pique-nique sur les terrains de la ferme provinciale de Deschambault, de la visite des tableaux généalogiques préparés par le Frère Pasteur et du visionnement du diaporama préparé par le Frère Jules. Tous les Paquin qui ont assisté aux Fêtes du 20 août ont sûrement gardé un souvenir excellent de cette merveilleuse journée. Un compte rendu en a été donné dans le bulletin généalogique Vol. IV, No 9, septembre 1972, dans "Petite Histoire. . . les pages 222 à 224. Si le succès de ces fêtes était attribuable aux Paquin de Deschambault et au Comité de Québec, en particulier au Frère Pasteur, celui-ci reconnaissait que la rencontre de Pointe-au-Père avec le secrétaire avait été l'étincelle qui avait tout déclenché.


Après les Fêtes du 3 centenaire, le Comité ne demeura pas inactif. Le Frère Pasteur forma le projet d'un monument qui rappellerait aux descendants de Nicolas les Fêtes de 1972. Deux endroits furent sélectionnés pour placer ce monument: la halte de Deschambault ou le terrain autour du Vieux Presbytère, classé monument historique. Les autorités provinciales ne pouvaient pas accepter le monument sur les terrains de la halte à cause du précédent que cela créerait et des dangers du vandalisme. Les autorités municipales de Deschambault acceptaient le monument sur les terrains entourant le vieux presbytère mais soulevaient également les dangers du vandalisme qui avaient déjà exercé ses ravages. C'est alors qu'intervint Paul Paquin, le président des Fêtes de 1972: il était prêt à céder par bail un lot de 5' x 4' pour l'érection du monument avec un trottoir d'accès de 32' x 2' à même le lot P3 du cadastre de Deschambault sur lequel Paul Paquin à son domicile, au 116 Chemin du Roi. La proposition fut acceptée et le monument érigé sur ce lot fut béni par le Père Jacques Paquin p.m.e. le 24 août 1975. L'allocution du Père Jacques et le procès-verbal de la réunion parurent dans le No 9, Vol. VIII du Bulletin Généalogique "Origine des Familles Paquin au Canada". Copie du procès-verbal rédigé sur place par le secrétaire fut insérée dans le monument avec les scellés. En 1977, Paul Paquin consentait à une servitude à vie pour le lot sur lequel est érigé le monument, assurant ainsi la permanence pour les générations futures.

Le comité des 3 toujours actif prépare un autre ralliement pour célébrer le 3 centenaire du mariage de Nicolas avec Marie-Françoise Plante.  Un questionnaire est préparé à cet effet et paraît dans le Vol. VII, No l de janvier 1975. Trois-Rivières est choisi pour le site de ce ralliement à cause des nombreux Paquin qui habitent la région. Des réunions ont lieu le 3 octobre 1975 chez le secrétaire, le 5 décembre 1975 et les 2 et 11 mars et 19 mai 1976 à Trois-Rivières. Le ralliement a lieu au Manège militaire le 8 août 1976 et connaît un vif succès malgré la pluie. On peut lire le compte rendu de ces fêtes dans le Bulletin, Vol. VIII, nos 8,9 et 10. Le Frère Pasteur profite de ce ralliement pour procéder au lancement de son livre "Petite Histoire des Familles Paquin en Amérique".

Extrait d’un texte de Roger Paquin secrétaire fondateur de l’association