Le village de Deschambault est le berceau de nombreux navigateurs depuis 250 ans et cette tradition maritime est encore bien vivante aujourd’hui.

 

lemairegastonarcandetled2332010600Le Comité des navigateurs de Deschambault, formé afin de rappeler ce patrimoine, a dévoilé dimanche dans l’église Saint-Joseph une plaque commémorative comprenant le nom de 88 navigateurs d’aujourd’hui originaires de la localité.

 

C’est le doyen des pilotes maritimes de Deschambault, Jacques Pelletier, qui a présenté la plaque en compagnie du maire de Deschambault-Grondines, Gaston Arcand. Une prière à Sainte-Anne, patronne des marins, accompagne la plaque installée sur la tablette d’une fenêtre.

 

Une réplique de la première goélette construite à Deschambault est suspendue au-dessus des plaques. Il s’agit d’une réplique de la goélette «Élizabeth» lancée en 1771 sur la rivière La Chevrotière.

 

«C’était le début de la tradition maritime à Deschambault. Des centaines de marins ont ensuite été formés ici depuis», a dit le coordonnateur du comité et abbé, Jacques Paquin, lui-même descendant de marin.

 

Selon Jacques Pelletier, maintenant à la retraite, il y avait à une certaine époque jusqu’à une soixantaine de pilotes maritimes originaires de Deschambault naviguant sur le Saint-Laurent. Plusieurs fils de Grondines et de Portneuf ont aussi été pilotes, a rappelé M. Pelletier.

 

La tradition a été maintenue durant plusieurs générations dans de mêmes familles de Deschambault. «Il y a eu cinq générations de pilotes au sein de la famille Bouillé, dont Jean-Marc le dernier», a précisé M. Pelletier, qui a été pilote durant 33 ans entre Trois-Rivières et Montréal.

 

Et c’est sans compter tous les autres navigateurs, marins et capitaines qui ont sillonné le Saint-Laurent et les mers du monde, ont signalé les responsables.

 

Une messe rendant hommage aux navigateurs a précédé le dévoilement. La cérémonie sera reprise annuellement au mois de juillet, a indiqué l’abbé Jacques Paquin.

 

m1639162232010110
m4340162232010110
m4937162232010110
m5542162232010110

 

 

Merci à M. Steeve Alain de m'avoir permis de publier son texte du Courrier de Portneuf le 24 mars 2010