Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Chers amis, membres des Familles Paquin, Nous sommes réunis aujourd'hui pour dévoiler ce monument érigée, comme le proclame la plaque-souvenir, à la foi et à la vaillance de nos ancêtres Paquin.


A quelques pas de l'endroit où nous sommes présentement o­n peut voir une plaque de bronze élevée celle-là par la Commission des monuments historiques du Québec nous rappelant que nous nous trouvons ici sur le fief de Chavigny, concédé en 1640 à François de Chavigny Sieur de Berchereau. Et c'est en 1683 que cette terre fut acquise à la suite de son mariage à Marguerite de Cavagne par Jacques Alexis de Fleury Deschambault, qui laissa son nom à notre paroisse de Deschambault.

 

 

C'est aux environs des années 1685, et plus particulièrement au début du 18e siècle, que se fit la colonisation systématique de ce magnifique coin de pays où nous sommes présentement. Parmi les premiers colons de cette époque, nous trouvons le nom de Nicolas Paquin le fils de Nicolas notre ancêtre commun arrivé en terre d'Amérique en 1672.

img032
img036
img037
img033
img035
img038
img039
img040
img048
img049
img051
img052
img041
img045
 

Nicolas Paquin junior vint s'établir ici à Deschambault au tout début de cette paroisse soit vers les années 1700. De l'endroit où  nous sommes nous pouvons donc contempler ce coin de pays où, notre grande famille Paquin a définitivement pris racine en nouvelle-France .

Et aujourd'hui, je trouve tout à fait heureux et significatif que nous élevions un monument souvenir à la mémoire de nos ancêtres Paquin tout près de cette plaque-souvenir rappelant les débuts de la paroisse de Deschambault. Car, au moins dans leur début, les Familles Paquin et la paroisse de Deschambault o­nt grandi et se sont épanouies ensemble. Il convenait que cette coïncidence historique fut illustrée par le voisinage immédiat de ces deux monuments .

 

Le geste que nous posons aujourd'hui veut être une proclamation de notre fierté et de notre respect à l'égard de nos ancêtres Paquin. Tous nous voulons rester en relations avec notre passé, non pas dans un esprit de nostalgie ou de rêve, mais plutôt afin d'y trouver une meilleure connaissance de ce nous sommes nous Québécois et Canadiens, et afin d'y trouver aussi un dynamisme nouveau vers l'avenir.

"Interroge les générations passées, sois attentif à l'expérience des pères" (Job 8:8) nous disent les Saintes Ecritures. A moins que nous Québécois restions attentifs à l'interprétation de notre passé, nous risquons de tourner en rond, de nous retrouver sans cesse face à nous-mêmes, sans héros, sans légendes, sans fierté, sans joie de vivre.

 

Il est nécessaire à notre identification culturelle et politique, que nous puissions constamment renouveler nos rapports avec le passé, pour qu'ils soient non pas sources d'aliénations et de contestations, mais plutôt piste d'envol pour l'avenir.

 

Ce monument aujourd'hui nous invite à scruter l'âme de nos ancêtres Paquin. Demain et après demain il demeurera fidèlement parmi nous comme un témoin des valeurs profondément humaines et chrétiennes de nos pères qui o­nt bâti ce pays. A travers ce monument en effet, nous pourrons communier à toutes ces richesses de foi, de vaillance, de dynamisme et d'esprit créateur qui o­nt caractérisé ceux qui nous o­nt précédés dans l'histoire.

Monument

La fleur de lis au-dessus de la plaque souvenir pointe vers l'avenir. Nos ancêtres nous o­nt laissé un pays magnifique. Qu'en ferons-nous? La réponse nous appartient. Espérons que ce monument et tout ce qu'il représente saura nous inspirer dans cette tâche qui est nôtre en fidélité à notre passé et aux générations à venir.

 

Allocution prononcée par le père Jacques Paquin, p.m.é. à Deschambault, le 24 août 1975 à l'occasion du dévoilement et de la bénédiction du monument Paquin.