Select your language

NIcolas III, lieutenant de milice

Le 13 septembre 2009 marqua le 250e anniversaire de la triste bataille des Plaines d’Abraham à Québec.  François-Xavier Garneau, dans son « Histoire du Canada », décrit ainsi cette confrontation militaire entre Français et Anglais le 13 septembre 1759 :  « Cette bataille décida de la possession d’une contrée presque aussi vaste que la moitié de l’Europe. La perte des Français dans cette journée désastreuse fut considérable ; elle se monta à mille hommes environ, y compris deux cent cinquante prisonniers. »

Plusieurs citoyens de Deschambault étaient membres de la Milice canadienne à cette époque.  Dans les Archives nationales à Québec, on trouve les noms suivants :





   

Les archives nous apprennent que les deux derniers de cette liste, Pierre Grosleau et Paul Paquin, furent faits prisonniers par les Anglais le 13 septembre 1759.
  Placés en détention sur un navire de la flotte anglaise, ils furent amenés dans une prison en Angleterre…
 Le 13 septembre 2009, nous nous rappelions la mémoire de ces braves.
   Deschambault, le 16 août 2009
   Jacques Paquin
  Références :
                      Bulletin des Recherches historiques
                      Dictionnaire biographique du Canada
                      Rapport de l’Archiviste de la Province de Québec.

Exemple de texte court. Lorem ipsum dolor sit amet.

Le 13 septembre 2009 marqua le 250e anniversaire de la triste bataille des Plaines d’Abraham à Québec.  François-Xavier Garneau, dans son « Histoire du Canada », décrit ainsi cette confrontation militaire entre Français et Anglais le 13 septembre 1759 :  « Cette bataille décida de la possession d’une contrée presque aussi vaste que la moitié de l’Europe. La perte des Français dans cette journée désastreuse fut considérable ; elle se monta à mille hommes environ, y compris deux cent cinquante prisonniers. »

Plusieurs citoyens de Deschambault étaient membres de la Milice canadienne à cette époque.  Dans les Archives nationales à Québec, on trouve les noms suivants :

Les archives nous apprennent que les deux derniers de cette liste, Pierre Grosleau et Paul Paquin, furent faits prisonniers par les Anglais le 13 septembre 1759.
  Placés en détention sur un navire de la flotte anglaise, ils furent amenés dans une prison en Angleterre…
 Le 13 septembre 2009, nous nous rappelions la mémoire de ces braves.
   Deschambault, le 16 août 2009
   Jacques Paquin
  Références :
                      Bulletin des Recherches historiques
                      Dictionnaire biographique du Canada
                      Rapport de l’Archiviste de la Province de Québec.